Backup du site ICT.SATW.CH d’Abergement sur ict-21 avec la version spip 1.9.1 + Sarka + FCKeditor

Accueil du site > ICT commission (SATW) > 5 Groupe de travail e-Society > 3. Archives du Groupe de travail e-Society > cybertroc, exemple, covoiturage satw ktic 30 juin 2003 Neuchâtel

cybertroc, exemple, covoiturage satw ktic 30 juin 2003 Neuchâtel

lundi 27 octobre 2003, par FLEURY Louis-Joseph


1. Cybertroc : vers des échanges sociaux, des partenariats

Téléchargez le document :

Word - 153 ko

Création d’un dispositif permettant d’organiser des trocs entre partenaires : offres de services et demandes de prestations

Ce système est destiné à développer les échanges dans la société, sur une base non-marchande. Il met en relation des personnes qui ont des services à offrir avec d’autres personnes qui recherchent des prestations. Il peut s’appliquer dans de multiples projets de développement.

Le projet développé ci-dessous se limite à une expérimentation autour de WSIS 2003, Genève.

E-inclusion :

Stimulées et motivées par l’aspect "réponse à des problèmes quotidiens", des personnes peu concernées par les nouvelles technologies acquièrent des savoir-faire et apprivoisent des moyens d’accès, collectifs ou individuels. Il s’agit de leur faire savoir que la toile leur apportera des avantages qu’ils ne soupçonnent pas.

2. Covoiturage : une première application de Cybertroc

Projet : Développement d’une application TIC permettant la mise en place et la gestion, sur l’agglomération genevoise , durant le WSIS, d’un système de covoiturage destiné à faciliter les circulations en diminuant le nombre de voitures et les places de stationnement.

Le wsis entraînera des restrictions de circulation. Un régime de faveur, réduction sur le parcage par exemple, pourrait être consenti aux voitures emmenant au moins trois passagers.

Il ne s’agit pas de favoriser le transport en covoiturage par rapport aux transports publics. Indirectement on ne peut toutefois l’éviter : dès que le cyber-covoiturage sera plus attrayant que les transports publics, il devrait immanquablement obtenir la préférence.

publics concernés en premier lieu, la population genevoise / déplacements périphérie-centre-périphérie pendulaires frontaliers, y compris VD/FR/NE/VS visiteurs divers

principes généraux du service

  • moyen :Internet
  • en temps réel, les propositions et les demandes de prise en charge sont mises en relation
  • les résultats positifs sont enregistrés et confirmés (éventuellement transports provisoirement enregistrés et mis en attente pour les cas mal adaptés)
  • les transports effectifs sont mémorisés à des fins statistiques ou pour promouvoir le vrai troc : il ne s’agit pas seulement de profiter mais aussi de donner.

difficulté principale, en dehors de toute question de financement : délai très court de mise en route dans l’optique de WSIS 2003.

Ce délai est vraiment court s’il s’agit de créer et d’expérimenter d’ici décembre un logiciel performant. La question est différente si un tel logiciel existe déjà.

Les grèves récentes, en France ont provoqué un tel développement, à rechercher.

Colin Harrison propose une première solution : pour le logiciel du service Troc-Covoiturage, il faudra une moulinette de comparaison un peu sophistiquée. On doit continuer la recherche d’un logiciel open-source adapté à ce genre de service. Une start-up, Matching Systems, à Adliswil a dejà en main une telle moulinette. J’ai parlé avec mon ancien collègue, Simon Field, de nos idées et il serait prêt à nous fournir une licence gratuite pour une démonstration de Troc-Covoiturage pendant le WSIS.

questions de base

  • je me rends de ... à ... à tel moment, je peux prendre … autres personnes : qui est intéressé ?
  • je désire me rendre de ... à ... à tel moment, qui peut m’emmener ?

3. logiciel : esquisse du fonctionnement

1. table de description des paramètres

exemple : identification des lieux de prise en charge / possibilité d’utiliser des lieux déjà répertoriés : stations de bus, lieux publics. Un logo discret peut signaler ces endroits.

Une application semblable (certes plus complète, notamment avec GPS et système radio) existe à "Car postal" de Delémont pour le service Publicar dans plusieurs localités de toute la Suisse (voir éventuellement sa portabilité - et son coût ! -)

Mise en place éventuelle de bornes interactives pour le "troc"

Un nom proposé : TROC pour Transports Régionaux Occasionnels et Collectifs

2. enregistrement des besoins et des offres

en ligne, par téléphone - sms - courriel

3. normalisation, examen des données

tris

4. moulinette de comparaison : recherche d’adéquations, de solutions possibles

voir la proposition de Matching systems. Contact : Colin Harrison

5. enregistrement et notification des résultats par un moyen approprié

téléphone - sms - courriel

Remarque : Le fonctionnement décrit ci-dessus part de l’hypothèse d’une automatisation des affectations. Ce ne serait pas forcément la meilleure solution. Il faut aussi envisager l’idée que les participants cherchent eux-mêmes les partenaires préférés, à partir d’une offre des présentations et accès aux données qui leur facilitent ce choix, par exemple tri par heure de départ et d’arrivée, par le lieu de départ et d’arrivée, etc.

Quelles seront les exigences de l’application

Une telle application ne peut être mise à disposition sans test. Un essai pilote AVANT le WSIS est indispensable.

6. troc : échanges non-marchands, mais comment faciliter les partages de frais ?

7. système de bilan évolutif : statistiques, orientations

4. partenaires à envisager :

Etat, commune de Genève, services des transports

associations de transports : TCS, ACS, ATE

institutions soumises à des problèmes d’accès pour le personnel : ex. Hôpital cantonal, CHUV Lausanne.

5. support scientifique

quel support scientifique est-il nécessaire ? prestation de services de développement ? recherche ? Un groupe de scientifiques dans la mouvance de la SATW, autour du concepteur Colin Harrison pourrait assumer la charge de référent scientifique.

La grande difficulté est de trouver le porteur du projet. Ce n’est pas le rôle du groupe de travail ou de la commission TIC/SATW. . La commission ou la SATW peuvent être mandataires, mais certainement pas développeur et encore moins endosser des responsabilités opérationnelles d’exploitation

6. porteur

contacter le TCS par la SATW ? Les services de l’Etat de Genève ?

évaluations et partenaires : TPG, associations écologiques, associations de transports

7. organisation et conduite de projet, création et implémentation du logiciel, coûts et financement

recherche de produits similaires / faisabilité

  • examiner les proposition de Matching systems
  • voir les gestions de transports communs durant les grèves françaises
  • chercher d’autres logiciels existants, notamment aux USA
  • voir les produits bases de données chez "tom.guthknecht-at-optegon.ch"
  • voir Publicar plus haut

création à proposer aux écoles

  • travail de fin de formation en informatique, (trop tard pour cette fin d’année).
  • Confier la tâche à une équipe expérimentée post-graduée ?

estimation du coût pour une première opération (WSIS) : 50 à 100’000.-

  • coût de développement compris ? à vérifier.

le logiciel Cybertroc est créé sur une base ouverte et transférable :

  • le même outil doit pouvoir être utilisé par d’autres associations, en d’autres lieux, à d’autres échelles et à d’autres fins. (voir domaines proposés plus bas)
    • Il faut commencer par un cahier des charges. Une école ne pourra guère faire ce développement en temps utile. De plus, il faut trouver un " exploitant " (si ce n’est pas le développeur).

8. à entreprendre

conceptualisation globale du service, y compris l’étude de faisabilité, la recherche d’un logiciel existant, planification, financement, variantes, etc. /

question : qui s’en chargera ?

recherche de personnes-ressources et formation de l’équipe de projet

  • recherche du porteur
  • recherche de partenaires
  • recherche de sponsors

réalisation

information et marketing

  • viser un processus de fidélité et de ponctualité : réputation du système financement du site : quel mode ?

Encore une fois, la question du porteur se pose, d’après une première estimation, la mise en œuvre de l’ensemble de ces actions, par exemple la sous-traitance est un travail de 2 mois à 50%

9. transférabilité du modèle de covoiturage à d’autres régions

D’autres grandes agglomérations pourraient évidemment appliquer ce système. Dans les régions périphériques, il y a également des besoins engendrés notamment par la difficulté d’assurer un service de transports publics. Il existe une forte demande de transports, très ciblée dans le temps, ce qui entraîne une sous-utilisation des investissements consentis à d’autres moments de la journée. Le système de covoiturage faciliterait le développement de ces régions périphériques et diminuerait les investissements lourds destinés à gérer des trafics ponctuels. (exemple, accès à Delémont).

10. transférabilité du modèle de covoiturage à d’autres thèmes de cybertroc

Les domaines sont multiples et peuvent facilement être dérivés du modèle covoiturage :

  • garde d’enfants
  • réseaux santé
    • visites et garde de malades
    • soutien aux cancéreux
    • services aux handicapés
    • sortir du tabac ...
  • sports
    • recherches de partenaires
    • équipements et installations
  • maison
    • petits travaux
    • échanges de compétences
  • formation
    • échanges de savoirs
    • itinéraires en reconnaissances de compétences
  • institutions et entreprises, bourses de compétences
    • je déclare que je suis capable de ...
    • je peux indiquer une personne capable de ....
    • j’ai besoin d’une information, d’une aide sur ...
  • entrées par points particuliers
    • âges : enfants, ados, jeunes, adultes, 3e âge
    • sujets et thèmes
    • dates d’événements
    • lieux

11. dérapages à éviter

dérive marchande

transformation en agence de petites annonces, (voir plutôt le modèle du tableau des petites annonces dans les grands magasins).

12. résumé : titre : Cybertroc, covoiturage / sous-projet " Cybervoiturage WSIS "

  • population
    • tous publics ayant accès à la toile, par des moyens individuels ou publics (écoles, cafés)
  • objectifs
    • faciliter les échanges communautaires
    • pour le public pas encore concerné par les TIC : le familiariser avec l’emploi de la toile.
  • résumé démarche
    • j’offre ... je demande... covoiturage, petits services, garderie
  • durée / étapes
    • premier essai covoiturage/cybervoiturage lors du Wsis.
    • Projet TROC : Transports Régionaux Occasionnels et Collectifs
  • partenaires
    • pouvoirs publics et associations d’usagers, des transports
  • évaluation
    • valeur sociétale
      • développement durable
      • meilleure utilisation des ressources
      • développement du tissu social
    • coût / faisabilité : varie selon les dispositifs choisis, estimation de départ : 50 à 100’000.-
      • pour le covoiturage wsis ( coût à préciser )
    • type de population
      • covoiturage : principalement les déplacements de pendulaires
    • originalité
      • essai de transfert de pratiques ponctuelles de voisinage à une échelle plus large
    • partenaires naturels
      • usagers, associations, pouvoirs publics
    • état d’avancement
      • ébauche de concept
    • transférabilité
      • très forte, nombreux domaines d’application
    • porteur
      • Ville/Etat de Genève, CTI GE ,TCS, ATE ?
    • expertise
      • services des transports, services informatiques de l’état -GE/VD-,
      • fondation développement durable

Réflexions et notes en suspens, à travailler

  • Il ne faut pas sous-estimer la complexité technique de ce type d’application. Il s’agit en fait d’une application multi-utilisateur. En arrière-plan, il faut une base de données, à laquelle on accède par le WEB.
  • La SATW et sa commission peuvent être à la base, l’initiateur d’une telle application, mais certainement ne pas en assumer la responsabilité.
  • L’application pourrait aussi poser quelques problèmes de sécurité. Que faire contre une attaque de saturation ? Que faire contre des utilisateurs " malhonnêtes ", par exemple qui ne se rendent pas au rendez-vous ? Et qu’en est-il de la protection de la sphère privée ? Va-t-on s’annoncer par sa vraie identité ou utiliser un pseudonyme ? Faut-il mettre en place un système d’inscription obligatoire ?
  • Comment dimensionner le système ? Quelle sera la demande ? 100, 1000, 10000 utilisateurs par jour ? S’il s’agit de servir 100 utilisateurs par jour, autant mettre en place une permanence téléphonique ; cela coûtera moins cher.

Pour le groupe de travail

Louis-Joseph Fleury : louis-joseph.fleury@jura.ch

Avec les contributions et modifications de

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette